Polar/thriller·PSYCHOLOGIQUE·Roman noir

Le chant du silence, Jérôme Loubry, Calmann-Lévy Noir

IL Y A CE QU’ON VOUS A RACONTÉ, CE QUE VOUS AVEZ COMPRIS,CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS CRU…
ET PUIS IL Y A LA VÉRITÉ.
Lundi dernier, le père de Damien s’est jeté du haut de la baie des veuves, cette falaise d’où les femmes guettaient autrefois le retour des bateaux de pêche.
Damien se met donc en route pour régler les funérailles, tentant en vain d’éprouver de la tristesse. Durant l’été 1995, ce père qu’il aurait voulu aimer est devenu un meurtrier, les contraignant sa mère et lui à déménager à l’autre bout de la France car la ville entière maudissait leur nom. Damien n’est jamais revenu. La seule lumière dans ce pèlerinage douloureux est qu’il va revoir Oriane, son amour d’enfance.
Mais arrivé dans le quartier des pêcheurs désormais à l’abandon, Damien découvre dans la parka de son père une photo qui remet tout en question… Et si la vérité sur l’été 1995 était tout autre? Calmann-Lévy Noir janvier 2023

Le chant du silence était très attendu pour ma part, c’est toujours un immense plaisir de lire cet auteur, de découvrir ces lieux toujours teintés de mystères et d’histoires, dans lesquels il plante ses intrigues.

Depuis 2017, des chiens de Détroit aux Sœurs de Montmorts en passant par le surprenant Les refuges et le sublime Le douzième chapitre, Jérôme Loubry s’est imposé dans les nouvelles voix du roman noir français, et on ne s’en lasse pas.

Malgré les apparences et le succès fulgurant des Refuges, ce qui compte ce n’est pas s’il va autant nous surprendre, non ce qui compte c’est encore et toujours les personnages au service d’une intrigue maîtrisée. Je me souviens encore des impressions lorsque j’ai fait la connaissance de Sandrine, de David et de Samuel, des personnages qui m’ont marquée un long moment.

Le chant du silence est un roman teinté de gris, dont la personnalité de Damien est parfaitement dépeinte ; fragile, tourmentée, pétrie de certitudes sur son passé. Ce n’est rien, ne t’inquiète pas. () Ton esprit a simplement besoin de couleurs.

Mais que valent ces certitudes lorsqu’elles sont fondées à partir de notre mémoire, de nos souvenirs ?

Le chant du silence est un roman très psychologique, la rancoeur, l’amertume et la nostalgie sont décortiqués et s’invitent aux thématiques évocatrices déjà très présentes dans les romans précédents de Jérôme Loubry, comme l’enfance, la parentalité, les traumatismes. Et particulièrement dans ce sixième roman, les passages plus sombres, plus pesants personnellement, amènent une dimension sociale et psychologique supplémentaires.

J’ai retrouvé sa plume évocatrice, celle qui explore encore plus les failles de ses personnages. Grâce à un style plus travaillé et qui sait encore surprendre, Jérôme Loubry nous enveloppe insidieusement dans une atmosphère pesante et menaçante.

Le chant du silence c’est un peu un retour aux sources pour l’auteur et pour les premiers lecteurs, et je m’en réjouis, car il colle de très près Le douzième chapitre qui tient sa place de numéro 2 chez moi, je suis certaine qu’il vous convaincra une fois encore.

« Mais le temps ne cicatrise rien. Il se contente d’observer les blessures avec son air narquois et de les griffer de temps à autre pour les raviver. »

9 commentaires sur “Le chant du silence, Jérôme Loubry, Calmann-Lévy Noir

  1. Arriver sur le devant de la scène, comme Jérôme l’a fait et rester, en se renouvelant. Moi je dis chapeau. Merci pour la chouette chronique ma Katia. 👍😘

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s