Littérature Noire·Roman noir

Dans les angles morts, Elizabeth Brundage, Éditions Table Ronde

En rentrant chez lui un soir de tempête de neige, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre – depuis combien de temps ? Huit mois plus tôt, engagé à l’université de Chosen, il avait acheté pour une bouchée de pain une ancienne ferme laitière, et emménagé avec sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie, en passe d’être repeuplée par de riches New-Yorkais. Ce qu’il a omis de dire à sa femme, c’est que les anciens propriétaires, acculés par les dettes, s’y étaient suicidés, en laissant trois orphelins, Eddy, Wade et Cole. Dans les angles morts est aussi l’histoire des frères Hale, et celle de la maison de leur enfance. Pour le shérif Travis Lawton, George est le premier suspect. Mais les secrets sont tenaces dans cette enquête où la culpabilité règne en maître. La prose haletante d’Elizabeth Brundage explore les défaillances enfouies en chacun de nous, susceptibles de nous mener à l’impensable. Éditions Table Ronde, coll. Quai Voltaire traduction Cécile Arnaud. 2018

Toutes les qualités et les émotions de ce roman relèvent quasiment du spoil, alors je ne vais pas trop m’étaler sur l’histoire dont les deux précédentes tentatives de lecture avaient été pénibles, Dans les angles morts demande de l’implication de par sa construction, ses personnages et par l’écriture d’Elizabeth Brundage.

C’est d’ailleurs « à cause » de cela que j’ai mis des années avant d’apprécier ce que je lisais.

Je ne donne pas un avis sur tous les livres que je lis, il y a des lectures plus insignifiantes, plus passables que les autres, et d’autres qui nous bousculent, dont on a envie de parler mais pas trop non plus. Dans les angles morts fait évidemment partie de cette dernière catégorie. J’ai mis beaucoup de temps avant de m’en rendre compte, parce que si je pressentais la grande qualité de ce roman noir je n’ai pas vu arriver là où Elizabeth Brundage avait décidé de m’ amener.

Je suis toujours enthousiaste quand il s’agit d’une histoire où l’ ambiance prime, aussi sombre et fascinante qu’ici dans cette ferme, avec les morts qui se succèdent, elle m’a asphyxiée, et le piège s’est refermé. Et c’est lentement, très lentement que j’ai compris le talent d’écriture d’Elizabeth Brundage.

C’est intelligent, terriblement précis. Ça bouscule.

Malgré une fin précipitée ( j’aurais préféré une fin différente ) lisez-le.

L’extrait parfait :

Il faut les laisser venir à vous. Les morts. À la fin, ils vous parlent. C’est ce qu’il a appris à Troy, des quelques affaires d’homicides sur lesquelles il a travaillé avant d’être nommé ici. Il faut avoir l’esprit ouvert. Ce n’est pas seulement le corps qui compte, mais tout ce qui l’entoure, tout ce que personne ne se donne la peine de remarquer.

Disponible en poche :

7 commentaires sur “Dans les angles morts, Elizabeth Brundage, Éditions Table Ronde

  1. Le film Netflix était sympathique à regarder mais la fin m’avait fait une drôle d’impression, ce n’était pas vraiment ce que j’attendais. Peut-être que le livre serait plus attrayant vu ce que tu en dis, en espérant que cette fin-ci me convienne mieux, bien qu’elle ne semble pas t’avoir convaincue non plus. 🤭 Merci pour cette chronique !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s