Imaginaire·Polar espagnol·Polar/thriller

Bilan estival, la crème de la crème de ces deux mois de lectures !

Je n’ai déraisonnablement pas respecté ma pal estivale, j’ai choisi mes lectures au gré de mes envies. Quantitativement, je pensais (comme tous les étés) lire plus, qualitativement je ne pouvais espérer mieux ! J’ai mis de coté ma pal de polars (pour mieux y revenir et l’apprécier je l’espère) et je me suis plongée dans des histoires (des pavés) immersives, et éloignées de notre quotidien.
Mes choix ont été très bons, j’ai rarement eu une aussi bonne période de lecture avec autant de titres inoubliables que cet été, à méditer donc…

Dès début juillet j’ai lu Zéphyr, Alabama, paru au printemps chez Monsieur TOUSSAINT LOUVERTURE. Ce roman est encore un inclassable, destiné à tous les amoureux de la lecture ou même de l’écriture. Il peut être considéré comme un récit initiatique, ou comme un roman de genre. Il parle de traumatismes, et surtout de l’enfance, sous le prisme de l’imaginaire et du divertissement, avec en toile de fond un terrifiant mystère, Zéphyr, Alabama fait appel au lecteur qui se cache en nous, celui que peut-être nous étions, et que nous aimerions secrètement retrouver. Un roman qui fait aussi la part belle aux émotions…

Extrait : Et il a écrit un livre sur la ville et ses habitants, sur ceux qui en font ce qu’elle est. Il n’y avait sans doute pas une vraie intrigue là-dedans. Peut-être que rien dans ce livre ne vous saisissait à la gorge ou ne vous glaçait le sang, mais il décrivait la vie. Le flux des choses et des voix, ces petits riens du quotidien dont sont faits les souvenirs. Il serpentait paresseusement, comme une rivière. On ne savait jamais ce qui nous attendait au détour du prochain méandre tant qu’on n’y était pas arrivé, mais c’était un voyage profond, distrayant, qui donnait envie d’aller puis loin. Il débordait d’une vie dont l’existence du garçon manquait cruellement.
Quel livre ♥️

Zephyr, dans l’Alabama, est une ville idyllique pour Cory Mackenson, onze ans. La vie y est simple et si parfois les comètes zèbrent son ciel, c’est un incroyable terrain de jeu. Un matin malheureusement Cory et son père sont témoins d’un accident : une voiture finit dans les eaux sombres du lac. Malgré une tentative de sauvetage, le conducteur plongera dans les profondeurs et le père de Cory dans l’horreur. Alors que le jeune garçon s’efforce de comprendre le mal qui les tourmente, ses yeux s’ouvrent sur les forces qui l’entourent : d’une sorcière qui entend les morts et envoûte les vivants, à un clan qui agit à la pleine lune, en passant par un monstre marin, Cory va affronter les secrets qui se cachent dans l’ombre de sa ville natale, car la santé des siens et sa propre vie sont en jeu…traduction Stéphane CARN avec la participation de Hélène CHARRIER

Chaque été j’aime lire un RJ Ellory, j’en garde toujours un de côté pour ne pas me retrouver sans plus rien à lire de ses titres. Le chant de l’assassin m’a profondément touchée, et a bien faillit provoquer une panne de lecture chez moi ! Ce roman est clairement dans la même veine que Seul le silence, aussi dramatique, aussi mélancolique que captivant et bouleversant ! Je n’ai jamais les mots pour décrire les sensations que me procurent un roman de RJ Ellory, on est loin du simple roman noir, son écriture et ses personnages tourmentés me touchent toujours dans leur introspection, mais Le chant de l’assassin c’est une perle à lire absolument !

1972. En prison depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, un jeune musicien nommé Henry Quinn, est libéré, il lui demande de la retrouver. Mais lorsque Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Malgré tout, Henry s’entête. Il a fait une promesse, il la tiendra. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va s’approcher d’un secret que les habitants de Calvary veulent dissimuler. À tout prix.
Avec ce retour aux sources qui évoque par bien des aspects Seul le silence, R. J. Ellory nous livre un roman magistral, d’une puissance émotionnelle rare. Un de ses plus captivants, un de ses plus humains aussi. Traduction Claude et jean DEMANUELLI

Ce n’est pas sur ce blog que vous découvrirez les dernières nouveautés concernant Stephen King, il a ses lecteurs qui le lisent passionnément depuis de nombreuses années, et je n’en fait pas partie. Je peux compter sur une seule main les romans que j’ai lus (entièrement) ces dernières années du Maître de l’horreur. Et je pense que je vais rencontrer un sérieux problème puisque j’ai lu selon certains lecteurs son chef-d’œuvre.
Ce livre m’a terrifiée, mais vraiment, et je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent qu’il ne se passe rien, alors que dans Simetierre, il y a simplement TOUT. Dès les 100 premières pages j’ai su que c’était un grand livre, King en toute simplicité, et avec la psychologie affinée qu’on lui connait, pose les mots sur ce qui a de plus enfouis dans l’âme humaine. Bien loin des romans d’horreurs actuels qui ne racontent finalement pas grand chose, Simetierre repose sur la finesse de l’écriture de King et de ses personnages inoubliables. Lecteurs du Maître j’ai besoin de vous… il va falloir me trouver un titre aussi bon que Simetierre pour en faire de telles louanges !

La famille Creed (Louis, médecin, sa femme Rachel, leur fille Ellie, le bébé Gage et leur chat, Church) viennent emménager dans la petite ville de Ludlow, dans une grande maison ancienne. Louis fait la connaissance du vieux Jud Crandall, son voisin d’en face, qui lui montre le quartier et particulièrement un petit cimetière aux animaux avec sa pancarte mal orthographiée créé par les enfants de la ville. Un jour, le chat se fait écraser. Creed décide de l’enterrer avant que les enfants ne découvrent le désastre, et demande de l’aide à Jud. Pendant qu’ils enterrent le chat, le vieil homme lui raconte à demi-mots une légende qui court sur ce cimetière. Puis le chat revient. Vivant. Mais pas tout à fait le même. Et c’est alors qu’un nouveau drame surgit. Simetierre est sans aucun doute le livre le plus terrifiant que King ait jamais écrit, et c’est, dans ce sens, son livre le plus réussi. Parfaitement insupportable, c’est un roman en forme de cauchemar absolu. TRADUCTION Francois LASQUIN

Je ne vais pas faire de redites, j’ai lu BLACKWATER en août, je viens de publier mon avis global sur la saga que je ne suis pas prête d’oublier non plus…

J’ai également lu trois excellents polars, et romans noirs, Les rites de l’eau qui est la suite du Silence de la ville blanche de Eva Garcia Saenz de URTURI, Le fleuve des brumes de Valerio Varesi, et le roman noir de chez Sonatine pour cette rentrée littéraire : Un profond sommeil.

Ce bilan touche à sa fin, j’ai volontairement réuni les lectures les plus marquantes, je vais continuer d’explorer ma pal et quelques nouveautés en espérant que le prochain soit à peu près aussi positif !

Bonne rentrée et bonnes lectures à tous !

12 commentaires sur “Bilan estival, la crème de la crème de ces deux mois de lectures !

  1. Quel beau bilan ma Katia. J’adore comme tu parles de Simetierre. Essaie 22/ 11/ 63. A priori, ça devrait te plaire, par contre, c’est un pavé. Le chant de l’assassin est un chef d’œuvre. Je suis persuadée que RJ traversera les années. Les autres, sont sur ma whislist. Bonne rentrée à toi également 😘😘

    J’aime

  2. Les couvertures chez Monsieur Toussaint Louverture sont tellement jolies, j’aime beaucoup le soin qu’ils apportent à leurs livres. 🤩 Je n’ai jamais découvert Simetierre de Stephen King, mais ton retour donne envie d’en savoir plus, merci ! J’avais beaucoup aimé Jessie, La ligne verte et Shining si jamais ça peut te donner des idées (et si tu ne les a pas lus).😊 Belle journée !

    Aimé par 1 personne

      1. Avec plaisir ! J’avais longuement hésité pour Shining, n’ayant pas aimé le film. Au final, c’était vraiment une très bonne surprise, je l’ai dévoré. 😁 J’espère qu’il te plaira autant si tu choisis celui-ci. 😉

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s