Polar/thriller

Les Survivants, Alex Schulman, Albin Michel

« Benjamin presse le téléphone contre son oreille. Pourquoi ne peut-il intervenir ? Il regarde à travers la vitre. Il voit tous les coins où il jouait, enfant. C’est là qu’un jour tout a commencé, et c’est là que tout a fini. Il ne peut pas intervenir parce qu’il est resté figé ici et n’a jamais pu en bouger depuis ce jour. Il n’a pas dépassé neuf ans et là-bas des adultes sont en train de se battre, ses frères qui, eux, ont continué à vivre. » Benjamin, Pierre et Nils sont venus accomplir les dernières volontés de leur mère : répandre ses cendres dans le lac qui borde leur maison d’enfance, non loin d’une épaisse forêt de sapins comme on en trouve en Suède. Là où, vingt ans auparavant, un drame a changé le cours de leur existence. Alliant la beauté d’une narration littéraire à un sens magistral du suspense, Les Survivants est un récit intense, sombre et sensuel sur l’enfance, ses secrets et ses drames. Personnalité reconnue en Suède et dans les pays scandinaves, Alex Schulman déploie dans ce premier roman salué par la critique un talent aussi singulier que puissant.

Il y a des romans que l’on voudrait tant aimer et qui nous déçoivent parce qu’ils ne sont tout simplement pas écrits pour nous.
Les Survivants de Alex Schulman manque de souffle et ne fera que passer dans ma routine de lectrice même si la déception est bien présente.
Malgré l’histoire qui porte sur celle d’une fratrie, une thématique que j’affectionne particulièrement, rien ne m’a embarquée. Il faut dire que l’auteur propose une histoire déjà racontée de nombreuses fois ! Que reste t’il alors ? Le style. Et voilà là où moi j’en attendais beaucoup. Le style, j’ai besoin que ça me parle, que ca résonne, bien que ce soit bien écrit, il manque de profondeur et de relief. Ce roman n’est incarné par aucun des personnages, j’ai ressenti de la distance entre eux et moi, que ce soit Benjamin, Nils ou Pierre aucun des trois n’apportent l’émotion à laquelle on s’attend en lisant un roman comme celui-là.

J’ai pourtant lu ce livre d’une traite, dans l’urgence comme le veut la construction qui laisse planer le suspense dès le premier chapitre, c’est à mes yeux en tout cas, juste une histoire parmi tant d’autres, un roman sans fulgurance, bien trop linéaire pour moi, que j’aurai sans doute oublié dans quelques jours.

Je me dis que je suis sévère que je suis aussi peut-être passée à côté, parce que j’en attendais pas mal, sans faire de comparaison je garde encore en tête l’excellent roman de Pat Conroy Le prince des marées qui allie parfaitement la densité, l’atmosphère et l’émotion qui me comblent de bonheur dans ce genre d’histoires à secrets.

Les Survivants, Alex SCHULMAN, Albin Michel, janvier 2022, traduit du suédois par Anne Karila

5 commentaires sur “Les Survivants, Alex Schulman, Albin Michel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s