Polar/thriller

16, Greg BUCHANAN, Calmann-Lévy Noir,

Dans la campagne marécageuse et pittoresque d’Ilmarsh, les apparences sont malheureusement trompeuses…
L’inspecteur Alec Nichols et la vétérinaire Cooper Allen vont le découvrir à leurs dépens. Leur quotidien paisible vole en éclats le jour où ils se rendent sur la scène d’un crime atroce et unique : face à eux, seize cadavres de chevaux. Impossible de cerner le profil de ce tueur si spécial, ses intentions, ou de déterminer qui sera sa prochaine cible.
Les deux enquêteurs vont vite comprendre que le mal sommeille à Ilmarsh : mensonges, incendies, meurtres en série… personne ne sera épargné.
Cette petite ville tranquille survivra-t-elle à la vérité ?

En écrivant mes chroniques, j’essaie toujours de coller au plus près de mon ressenti et du roman sans survendre quoi que ce soit ni renier certaines qualités et certains défauts, un exercice bien périlleux quand je suis amenée à parler d’un roman aussi nuancé que celui-là. J’ai eu un feeling avec ce bouquin quand j’ai vu sa couverture et lu le résumé, et je suis surprise de l’avoir autant aimé.

Cette intrigue est déroutante sur de nombreux aspects, dès le prologue l’auteur plante les événements à Ilmarsh, petite ville déjà marquée et appauvrie par une précédente épidémie de fièvre aphteuse, qui doit faire face à de nouveaux événements ; seize chevaux sont retrouvés morts, tous enterrés un œil tourné vers le soleil.

« Un premier polar envoûtant » selon The Guardian
Tout à fait ! Mais alors il va falloir un petit peu de temps pour s’en apercevoir.

16 fait partie de ces romans qui vous aspirent et vous surprennent. Je ne vais pas trop entrer dans les détails de la construction et de l’intrigue, je risque de mal le faire. Il faut savoir que l’auteur joue sur plusieurs temporalités avec des flash-backs, que ce n’est pas un polar sous sa forme des plus classiques, l’enquête menée par l’inspecteur Nichols et la vétérinaire Cooper Allen, avec quelques passages difficiles à lire, est quand même assez vite expédiée vers la moitié du roman pour laisser place à quelque chose de beaucoup plus immersif.


Les personnages, même les secondaires sont importants, on le comprend très vite l’auteur les met vraiment en avant dans une centaine de chapitres, plus on avance dans l’intrigue plus on a l’impression qu’une grande toile se met en place sans jamais trop comprendre ce qui se passe. Et c’est ça qui est surprenant, il ne se passe pas grand chose, l’auteur ne multiplie pas les rebondissements, il y a une fluidité de l’intrigue qui se mélange à l’atmosphère insaisissable de Illmarsh, et avec moi tout a parfaitement fonctionné.

16 est bien plus proche d’un roman noir que d’un polar, il ne dévoile pas immédiatement ses atouts, c’est en refermant le livre que l’on comprend son imprégnation. C’est ce que j’ai vraiment beaucoup aimé, ses détails, son écriture immersive, qui nous plonge dans une atmosphère très noire aux chemins sinueux ce qui risque de décourager quelques lecteurs venus chercher une simple enquête policière.

Pour ma part j’ai fermé le livre avec beaucoup de regrets, tant j’ai été imprégnée et si j’avais eu d’autres romans de Greg Buchanan, j’y serais immédiatement retournée.

« C’était une ville un peu comme celle-là, mais plus grande, en meilleure état, sans doute. On était dans la voiture, et je voyais ce bâtiment noire immense, une ruine. On aurait dit qu’il nous regardait depuis la colline. Je n’y voyais rien, sauf des lettres – de grandes lettres blanches couvertes de tache-, certaines manquaient. Et je ne me sentais pas moi même.
« 

16, Greg BUCHANAN, Calmann-Lévy Noir, mars 2022 Traduction par Elsa Maggion

10 commentaires sur “16, Greg BUCHANAN, Calmann-Lévy Noir,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s