Polar/thriller

Kerozene, Adeline Dieudonnée, Edition L’iconoclaste

Kérozène, Adeline Dieudonnée, L’iconoclaste, avril 2021

Une station-service le long de l’autoroute, une nuit d’été. Sous la lumière crue des néons, dans les odeurs d’essence et d’asphalte, quelques tables en plastique jaune délavé. 23h12. Ils sont quinze à se croiser, si on compte le cheval et le cadavre planqué à l’arrière d’un gros Hummer noir. Une minute encore, et tout bascule…Adeline Dieudonné se joue des codes avec une irrésistible audace. Kerozene est drôle comme une comédie, tendu comme un thriller, mordant comme le réel.

Mauvaise pioche, Kérozène et moi n’étions vraiment pas faits pour nous entendre… je fais de moins en moins de retour négatif, ce n’est pas un secret, j’ai l’abandon facile, mais je suis allée jusqu’au bout pensant que j’allais finir par comprendre ce qui pouvait être aussi explosif.
J’aurais bien du mal à vous expliquer de quoi ça parle, ce sont des nouvelles ça c’est certain, elles n’ont pas de chute, pas vraiment de lien entre elles non plus, où alors je n’ai pas su saisir la dimension de ce bouquin, c’est fort possible.
Mais surtout je n’ai pas eu de plaisir à lire ces textes, il y a beaucoup d’aspects que je n’aime pas, trop d’absurde, de situations ubuesques, rien d’ordinaire, un passage a fini par m’achever tellement c’est peu crédible.
Si comme moi vous aimez les nouvelles bien construites, celles qui résument des vies et vous offrent une galerie de personnages profondément attachants, celles où vous vous dites « ça mériterait un roman » et bien ce n’est pas dans Kérozène que vous les trouverez.

Je ressors évidemment déçue mais surtout perplexe, La vraie vie a été un beau coup de cœur que j’ai souvent conseillé, on ne pourra pas reprocher à Adeline Dieudonné de proposer deux fois le même bouquin qui ne peut que diviser, il faut le lire pour se faire son propre avis.
N’hésitez pas à me dire ce que vous avez aimé dans Kérozène si vous l’avez lu, et si j’ai loupé quelque chose.
Dans tous les cas, la déception est grande, Kérozène et moi sommes incompatibles !

13 commentaires sur “Kerozene, Adeline Dieudonnée, Edition L’iconoclaste

  1. Bah ça peut arriver ma Katia. J’ai abandonné la vraie vie à la dixième page, non pas sur la tête. 😂 comme quoi, on ne peut pas plaire à tout le monde, sinon on plaît à n’importe qui. 😉😘

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s