Littérature générale

RUE DU RENDEZ-VOUS, Solène BAKOWSKI, Éditions Plon, Coup de foudre

Rien ne prédestinait Alice Beausoleil et Marcel Dambre à se rencontrer. Pour que le vieil homme ouvre sa porte à la jeune femme trempée, il aura fallu une grève des transports, un GPS capricieux et un terrible orage.
De leur tête-à-tête inattendu va naître ce qui ressemble à une seconde chance. Un nouveau rendez-vous avec l’existence, peu importe le temps qui reste…
Marcel, quatre-vingt-sept ans, vit rue du Rendez-Vous, reclus dans son atelier de bottier menacé par les bulldozers. Vendeuse en boulangerie, Alice offre son sourire à tous ceux qu’elle croise. En réalité, depuis deux ans, trois mois et quatre jours, en proie à une profonde tristesse, elle s’empêche de vivre.

À mesure que la pluie et les heures s’écoulent, le passé resurgit. Sous l’impulsion de la jeune femme qui l’écoute sans se dévoiler, Marcel raconte la guerre, sa carrière et son amour fou pour sa mère. Et s’il trouvait à son tour la clé pour délivrer Alice de son silence ?

Je ne saurais pas vous parler de cette merveille, les chroniques sont de plus en difficile à écrire pour moi et encore plus quand j’ai un affect terrible avec une histoire;
Et c’est encore Solène Bakowski qui provoque en moi des émotions indéfinissables avec son nouveau roman Rue du Rendez-vous.

Je ne sais pas si c’est utile que je vous reparle d’Une Bonne intention, il restera un roman qui m’est cher, numéro un dans mon cœur de lectrice et de petite fille. Alors forcément quand Solène Bakowski sort un bouquin j’ai le cœur qui s’emballe, même si je ne m’étais pas du tout préparée à cette fulgurante charge émotionnelle, à ce coup de foudre parce que dans ma tête jamais un livre ne pouvait autant me bouleverser qu’Une bonne intention et pourtant je dois l’admettre, même si j’avais beaucoup aimé son dernier roman Miracle, elle vient avec Rue du rendez-vous de surpasser son propre roman… et je n’aurais encore pas les mots.

« L’histoire que je m’apprête à vous raconter n’est ni triste ni gaie; elle alterne des moments de joie intenses et des drames; elle arrange des sourires entre les larmes, et vice versa. Pas de ténèbres sans lumière, pas de lumière sans ténèbres.« 

Ai-je encore versé des larmes et des larmes ? Oui, plus que jamais, jusqu’à la fin. Une grande première, parce que ce roman fourmille de détails personnels dès le début de son histoire, qui commence en 1929 et qui se termine aujourd’hui, Rue du rendez-vous c’est l’histoire dans l’histoire de personnages tendres, fragilisés par leur part d’ombre, leurs démons qui les rongent et Solène Bakowski en a fait une histoire lumineuse, profondément belle, évocatrice de souvenirs. On pleure devant leur justesse et leur sincérité, chacun fait une démonstration du pardon, de la réconciliation, du temps qui passe.
Tout se sublime, les regrets aussi.

Elle était une nouvelle voix du noir, elle est incontestablement une véritable conteuse et bien évidemment une fine observatrice de l’âme. Sa plume encore plus travaillée, est d’une grande beauté, elle nous plonge dans une histoire immersive aux côtés de personnages que l’on ne voudrait pas quitter, un supplément d’âme qui nous réchauffe autant qu’il nous écorche.
La magie de Solène Bakoswki a encore une fois opéré, et aussi bien dans le roman noir que la littérature généraliste (on s’en fout un peu des cases en fait non ?) je pourrais vous dire encore et encore comment et pourquoi ses romans peuvent vous faire du bien, tout simplement.

L’histoire de Marcel, de Nini et d’Alice peut aussi être la vôtre « parce que tout ce qui est arrivé hier a donné naissance à ce qui arrive aujourd’hui()nous sommes toujours l’enfant de quelqu’un ou de quelque chose ». J’espère que vous prendrez votre rendez-vous.

Les romans de Solène BAKOWSKI :

Parfois on tombe,2014
Un sac, Milady Thriller 2016
Une bonne intention, Milady Thriller 2018
Avec elle, Michel Lafon, 2018
Miracle, Editions Cosmopolis 2019
Rue du Rendez-vous, Editions Plon 2021

8 commentaires sur “RUE DU RENDEZ-VOUS, Solène BAKOWSKI, Éditions Plon, Coup de foudre

  1. On s’en tape des cases. Quelle magnifique chronique. Merci à toi. Il est dans ma pal. Je n’ose le sortir car une fois lu, il n’y aura plus la grâce de la découverte.
    J’ai celui de sa copine Amélie dans ma pal, juste à côté. Je fais comment moi, hein ? 😉🙏😘

    Aimé par 1 personne

      1. Ça va pas être facile ça. 😉 J’y ai pensé figure toi. Vais demander à ma Lulu qu’elle choisisse pour moi 🐈😘❤️

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s