Polar/thriller

Nouveautés romans, polars, thrillers janvier 2021

Vous êtes prêts pour l’année 2021 ou finalement vous n’êtes pas si pressés que ça ?

Je n’avais pas prévu de faire cet article en décembre, mais après le bilan 2020, sauf que si vous me connaissez, je choisis mes lectures spontanément. Il me reste donc encore quelques jours pour lire un ou deux romans qui me font envie, et peut-être les intégrer au bilan, et puis c’est l’occasion de vous souhaiter à tous de passer de bonnes fêtes malgré le contexte et les futures restrictions sanitaires…finalement rien ne change depuis fin octobre ! On reconfine, on déconfine mais pas trop, on reconfine peut-être, pas trop mais sûrement…
Bien qu’il faille défendre la culture et les livres en général, il y a deux romans me tiennent particulièrement à cœur, le deuxième roman de Aurélie Jeannin, Les Bordes ( je reparlerais de Préférer L’Hiver d’ici peu) et Nos corps étrangers de Carine Joaquim, un premier roman édité à la Manufactures des livres, mais une plume déjà aboutie et une auteure confirmée pour moi depuis longtemps, j’espère sincèrement que ces romans auront toutes leurs chances de se distinguer dans les rayons des librairies.

Difficile de faire de bons choix, on ne pourra pas tout lire, c’est parfois frustrant, mais je crois que nous n’en sommes plus là. La vie n’est pas une course, et la lecture encore moins ! C’est toujours une première sélection personnelle de titres que je veux vraiment lire sans le moindre doute, et toujours un choix de genres et de nuances variés dans le noir !

Des polars nordiques et espagnols, en passant par des thrillers à ambiances glaciales, des romans qui racontent des drames familiaux, un roman peut-être visionnaire, et profondément humain.
Janvier démarre très fort !

Je vous parle aussi d’un petit changement en fin d’article 😉

Romans généralistes

Nos corps étrangers de Carine Joaquim, 7 janvier, La Manufacture des livres.
Quand Élisabeth et Stéphane déménagent loin de l’agi­tation parisienne avec leur fille Maëva, ils sont convain­cus de prendre un nouveau départ. Une grande maison qui leur permettra de repartir sur de bonnes bases : sauver leur couple, réaliser enfin de vieux rêves, retrou­ver le bonheur et l’insouciance. Mais est-ce si simple de recréer des liens qui n’existent plus, d’oublier les trahi­sons ? Et si c’était en dehors de cette famille, auprès d’autres, que chacun devait retrouver une raison de vivre ? Dans son premier roman, Carine Joaquim décrypte les mécaniques des esprits et des corps, les passions nais­santes comme les relations détruites, les incompréhen­sions et les espoirs secrets qui embrasent ces vies.

Les Bordes, Aurélie Jeannin, 13 janvier, Harper Collins
Les Bordes, c’est un lieu et c’est une famille. En l’occurrence, sa belle-famille qui ne l’aime pas. Elle, Brune, le bouclier. Mère responsable, tenant solidement sur ses deux jambes, un oeil toujours fixé sur le rétroviseur ou l’entrebâillement de la porte, qui guette, anticipe, tente de maîtriser les risques. Ce week-end, comme chaque année en juin, elle prend la route avec ses deux enfants pour rejoindre Les Bordes et honorer un rituel familial.
Pour celle qui craint chaque seconde l’accident domestique, Les Bordes ressemblent à l’enfer. Trop de jeux extérieurs, trop de recoins, de folles libertés. Trop de silence et de méchancetés à peine contenues. Trop de souvenirs. Aux Bordes, Brune saura-t-elle esquiver le pire ? Est-il possible pour une mère de protéger ses enfants ? Derrière la mécanique du drame hasardeux et l’absence de bourreaux, Les Bordes dresse un portrait de la famille, de la parentalité et de la maternité sans fard, grâce à une héroïne aussi troublante qu’humaine.

L’enfant de la prochaine aurore, Louise Erdrich, 6 janvier, Albin Michel
Dans le sillage d’une apocalypse écologique qui menace l’équilibre de la vie sur terre, l’évolution des espèces s’est brusquement arrêtée. C’est dans ce contexte instable et inquiétant, alors qu’un gouvernement totalitaire a pris les rênes des États-Unis et impose aux femmes enceintes de se signaler auprès d’un centre dédié, que Cedar Hawk Songmaker, 26 ans, apprend qu’elle attend un bébé. Cette jeune Indienne, adoptée à la naissance par un couple de Blancs progressistes, décide alors d’aller rencontrer pour la première fois sa famille biologique, installée sur une réserve dans le nord du Minnesota, et comprend que les membres de l’« Église de la Nouvelle Constitution » désormais au pouvoir portent un intérêt tout particulier à l’enfant qu’elle porte.
Face à la désintégration de ce qui constituait le quotidien ordinaire des Américains, et déterminée à protéger coûte que coûte son bébé, elle se lance dans une fuite à travers le pays, sans savoir s’il existe encore un lieu sûr où se réfugier.

Polars, thrillers, romans noirs

Comme d’habitude du polars, du thrillers dans toutes leurs nuances, du nordique, de l’espagnol, un rendez-vous à ne pas manquer encore cette année avec Niko Tackian, mais attention Arnaud Delalande arrive avec Memory, une intrigue qui ne se lâche pas !


La face nord du cœur, Dolores Redondo, 7 janvier, Série Noire Gallimard
La trilogie du Baztan a été un énorme coup de cœur découverte en 2019, quand La face nord du cœur sera entre mes mains, je n’existerai pour personne !

En 2005, Amaia Salazar, 25 ans, sous-inspectrice de la police forale de Navarre, suit une formation de profileuse au siège du FBI dans le cadre d’un échange avec Europol. L’agent Dupree, chef de l’unité qui traque un tueur en série recherché pour plusieurs meurtres de familles, inclut Amaia dans son équipe. Il a détecté chez elle une intuition singulière, qualité qui fait défaut aux autres enquêteurs.
Alors que l’ouragan Katrina dévaste le Sud des États-Unis, l’unité de Dupree travaille en collaboration étroite avec la police de l’État de Louisiane pour débusquer l’homme, surnommé Le Compositeur, qui frappe invariablement lors de grandes catastrophes naturelles et abandonne un violon sur le lieu de chaque massacre. Or il n’existe pas de décor plus propice aux projets de ce tueur cynique et insaisissable que La Nouvelle-Orléans, ravagée, engloutie par les eaux. Parallèlement à l’enquête principale, un retour sur l’enfance tragique d’Amaia à Elizondo éclaire les dons exceptionnels et les traumatismes de la jeune femme. Le réalisme cru de scènes apocalyptiques donne sa force au roman, tandis que l’aspect irrationnel et envoutant des mythes et démons de la forêt basque, au même titre que des rituels vaudou du bayou, lui apporte la dimension surréelle qui a tant contribué au succès de la trilogie de Batzán.

Solitudes, Niko Tackian, 6 janvier, Calmann-Lévy Noir
C’est un rendez-vous que nous donne l’auteur tous les ans en janvier …
Elie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Amnésique suite à une blessure par balle, il est reparti à zéro dans cette région encore préservée. Alors qu’une tempête de neige s’annonce, Elie se lance sur la piste d’un loup signalé par plusieurs bergers. Les empreintes ensanglantées le conduisent à un immense pin situé dans une plaine désertique. Une femme nue est pendue à ses branches, une mystérieuse inscription gravée sur sa chair. Cette découverte macabre anime immédiatement quelque chose sur la toile blanche de ses souvenirs. La victime est un message à son attention, il en est certain. ? Le lieutenant Nina Melliski est alors dépêchée sur les lieux. Elie est-il coupable ou victime ? Elle ne sait que penser, mais son instinct lui dit que les réponses se trouvent dans les souvenirs disparus de cet homme sans passé.

L’enfant étoile, Katrine Engberg,7 janvier, Fleuve Noir
En plein centre-ville de Copenhague, une jeune étudiante est retrouvée dans son appartement sauvagement assassinée, le visage marqué par d’étranges entailles. L’inspecteur Jeppe Korner et son équipière Annette Werner, chargés de l’affaire, découvrent rapidement que le passé de la victime contient de lourds secrets. Quant à la propriétaire de l’immeuble et également voisine, Esther, elle est en train d’écrire un roman qui relate dans les moindres détails le déroulement du meurtre.
Simple coïncidence ou plan machiavélique ?
Commence alors pour Jeppe et Annette une plongée au cœur d’une ville dans laquelle les apparences sont mortelles.

Sans oublier…

Memory, Arnaud Delalande, 14 janvier, Cherche Midi

Un meurtre, huit témoins, pas un ne se souvient de ce qui s’est passé. Elle voudrait tout oublier.
Ils donneraient tout pour se souvenir…Au cœur de Memory, une clinique spécialisée perdue dans la montagne et la forêt, un patient est retrouvé pendu. Un suicide qui a tout l’air d’un meurtre déguisé : huit personnes ont assisté à la scène.
Un homme mort. Huit témoins. Un huis clos. La combinaison parfaite pour une enquête vite résolue… C’est sans compter sur l’amnésie bien particulière dont souffrent les résidents : leur mémoire n’excède pas six minutes. Ils ont vu, mais ils ne se souviennent pas.
En plein deuil de son père adoptif, Jeanne Ricœur, jeune inspectrice de police, hérite de cette affaire impossible. Elle découvre une communauté à part, celle d’étranges victimes de la vie à la mémoire brisée, au quotidien hanté de post-it et de mémos. Tandis qu’elle essaie désespérément de reconstituer le puzzle du drame, ses propres démons refont surface…
Mais bientôt, on la menace.
Qui veut l’assassiner, et pourquoi ?

Douve, Victor Guilbert, Hugo Thriller, 7 janvier
Je n’ai pas hésité une seconde à sélectionner ce roman, absolument tout me fait envie dans résumé, la couverture me laisse perplexe… affaire à suivre…

UN VILLAGE PERDU AU MILIEU DES SAPINS; DEUX MEURTRES QUE QUARANTE ANS SÉPARENT; UN GAMIN QUI A « DOUVE DANS LES VEINES ».

 » Le gamin a Douve dans les veines. »
Cette phrase, prononcée par son père quand il n’était encore qu’un enfant, l’inspecteur Hugo Boloren ne l’a jamais oubliée. Alors quand il apprend qu’un meurtre a eu lieu à Douve, il y voit un signe. Son père est mort, l’Alzheimer a dilué les souvenirs de sa mère ; c’est sa dernière chance de comprendre en quoi ce village perdu au milieu d’une forêt de sapins lui coule dans les veines.
Tout ce qu’il sait, c’est que son père, policier lui aussi, a été envoyé à Douve il y a quarante ans pour enquêter sur la fuite médiatisée d’un Islandais accusé de meurtre, et que sa mère, journaliste, l’a accompagné pour écrire un livre sur l’affaire.
Que s’est-il passé là-bas et pourquoi ont-ils toujours refusé d’en parler ?
Armé du livre écrit par sa mère, Hugo Boloren va plonger dans ce village peuplé d’habitants étranges, tous unis par un mystère qui semble les hanter. Au fil de son enquête, une question va bientôt s’imposer : et si le meurtre qui a récemment secoué le village était lié au séjour de ses parents, quarante ans plus tôt ?

Retrouve moi, Lisa Gardner 6 janvier, Albin Michel
Lisa Gardner est incontournable, ca fait quelques années que je ne la lis plus alors que j’adore son personnage phare DD Warren ! Vous pouvez la découvrir avec Dernier adieux et La maison d’à coté qui sont pour moi ses deux meilleurs titres

Découverte macabre à Boston : quatre membres d’une même famille sont retrouvés assassinés chez eux. La mère, deux de ses enfants et son compagnon. Seule une personne semble avoir échappé au massacre : Roxanna, 16 ans, la fille ainée. Des témoins affirment l’avoir vue sortir promener les chiens avant les coups de feu.
Heureux hasard ou aveu de culpabilité ? En plongeant dans le passé de Juanita Baez, la mère de famille, l’enquêtrice D.D Warren découvre une histoire tourmentée entre alcool, violences et familles d’accueil, qui pourrait laisser croire à une vengeance. Pourtant plus l’enquête avance, plus la voix de Roxana victime ou suspecte, semble demander : « Retrouve-moi… 

Une vie de poupée, mélancolie grise Erik Axl Sund, 6 janvier, Actes Sud, Actes Noirs
Nova et Mercy ont à peine seize ans, mais cela fait déjà bien longtemps qu’elles ont perdu leur innocence. Sous le couvert de la nuit, elles s’enfuient à bord d’une voiture volée, laissant derrière elles le foyer pour jeunes filles où une autre adolescente vient de disparaître. Que fuient-elles ? Et pourquoi ?
Tara est retrouvée sans vie en bas d’un immeuble. Selon sa famille, il s’agit d’un suicide. Mais quelque chose ne colle pas dans le récit de ses parents. Et qui peut bien être la personne qui lui avait donné rendez-vous ce soir-là ? Celui que la police ne va pas tarder à surnommer le Marionnettiste vient seulement de commencer son spectacle. Après l’inoubliable trilogie Les visages de Victoria Bergman, Erik Axl Sund continue d’explorer les bas-fonds de notre société dans ce deuxième tome indépendant de leur série sur la mélancolie.
Si vous ne connaissez pas ce duo d’écrivains suédois vous allez devoir vous rattraper ! Ils ont écrit LA TRILOGIE INCONTOURNABLE « Les Visages de Victoria BERGMAN » à lire bien évidemment dans l’ordre : PERSONA, TRAUMA, CATHARSIS.

Le petit mot de la fin…

J’ai décidé de séparer les nouveautés que vous retrouverez tous les mois comme d’habitude et les sorties poches qui paraîtront dorénavant tous les trois mois afin de laisser un maximum de visibilité aux romans.
N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, ce que vous préférez, et j’en profite pour vous remercier de vos visites et de vos échanges que ce soit en commentaires ou en privé, ou pour me demander encore plus d’infos concernant les sorties à venir, parfois j’ai les réponses, mais l’année à venir étant particulière rien n’est moins sûr.

Je vous souhaite un joyeux Noël en attendant de vous retrouver pour les dernières chroniques de 2020 si le temps me le permet, et sinon ce sera en janvier, profitez bien de vos vacances et de tout ce qui vous est cher.


23 commentaires sur “Nouveautés romans, polars, thrillers janvier 2021

  1. De belles lectures en perspective ! J’ai hâte de lire ton avis sur les romans d’Aurélie Jeannin dont j’avais beaucoup aimé « Préférer l’hiver », Katrine Engberg et Erik Axl Sund, (j’ai dévoré la trilogie « Les visages de V.Bergman »)… Je te souhaite de Joyeuses Fêtes !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Préférer l’hiver m’a énormément marquée je l’ai lu et relu… je garde encore Les Bordes de côté, sinon je ne vais pas pouvoir passer à autre chose. Louise Erdrich ce sera une découverte, je viens de le recevoir. J’ai hâte d’être en janvier aussi, j’espère qu’on sera un peu plus épargné…
      En attendant, je te souhaite un bon réveillon et un joyeux Noël et de belles lectures😊🎄

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s