Polar/thriller

Contagion, Lawrence Wright, Editions Cherche Midi

Résumé : En Asie, 47 personnes succombent à une mystérieuse fièvre hémorragique. Henry Parsons, épidémiologiste de renom, envoyé sur place par l’OMS, découvre à quel point le virus est contagieux. Lorsqu’il apprend qu’un homme contaminé est en route vers La Mecque où des millions de musulmans vont se retrouver pour le pèlerinage annuel, c’est le début d’une course contre la montre pour enrayer l’épidémie. Mais en quelques semaines seulement, le monde entier est touché et sombre dans une crise sans précédent. Aux Etats-Unis comme ailleurs, la maladie se propage, mettant à mal les institutions scientifiques, religieuses et politiques, et décimant une partie de la population. L’épouse d’Henry et ses enfants, restés sur le sol américain, sont confrontés à une situation potentiellement mortelle. Trouvera-t-on la solution à temps ? Electrisant, hallucinant et, en un sens, historique, ce thriller hors-normes, qui rappelle les meilleurs ouvrages de Michael Crichton, nous propose une expérience peu commune. Conçu quelque semaines avant le début de l’épidémie du Covid-19 comme un roman d’anticipation, il a cessé d’en être un au moment même de sa parution, prenant ainsi un étrange aspect prophétique. En plus d’une intrigue d’un réalisme saisissant, qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page, Lawrence Wright, prix Pulitzer, nous offre ici une étude passionnante sur les épidémies, leur histoire et leur prévention.

Le roman d’anticipation qui se révèle être prophétique dans les moindres détails.

Contagion est à mille lieues de mes lectures habituelles et pourtant je viens de l’engloutir en deux jours !
Je vais essayer de rester aussi limpide que l’histoire, déjà parce que le résumé en dit suffisamment et parce que l’on retrouve dans Contagion, notre situation actuelle. Il a été écrit en 2019 et jusque dans les moindres détails, il colle à la réalité.

Dans les grandes lignes : un virus fait son apparition en Asie, il provoque la mort d’une quarantaine d’adolescents, la seule différence avec notre situation est le taux de mortalité : 70 % ! Rien de comparable à la Covid-19, sauf sur quelques détails ; on ne sait pas d’où vient ce virus et il n’existe aucun traitement, aucun vaccin pour ralentir l’épidémie. Tout ce qui est raconté sur les épidémies, les virus et les modes de transmission sont factuels. Prophétique ? Assurément.

Avec ce genre de thriller, j’ai l’appréhension de lire un scénario de cinéma au détriment d’une vraie histoire, dans sa construction Contagion nous entraîne dans un mélange des genres. L’histoire est divisée en quatre grandes parties, les chapitres sont relativement courts et nous offrent des histoires dans l’histoire.

Pour entrer dans le vif du sujet, non, je n’ai pas trouvé cette histoire si anxiogène, on vit de l’intérieur l’histoire de ce virus, les faces cachées des différents pays menacés, un climat de suspicion s’installe et rien ne laisse notre esprit s’évader, rien ne lui permet d’élaborer des idées farfelues, l’histoire ne spécule pas vraiment et n’alimente pas les idées fantaisistes non plus.
Donc passez votre chemin si vous cherchez une histoire qui repose sur le sensationnel, car Contagion est écrit avec beaucoup d’intelligence, l’auteur Lawrence Wright ne cherche pas à nous impressionner avec des détails scientifiques au cœur d’une épidémie qui deviendra prophétique.

Il met aussi l’humain au cœur du livre avec son personnage principal avec Henry Parsons grande personnalité scientifique qui a fait partie de l’équipe de recherche durant l’épidémie d’Ebola. Son histoire, celle de sa femme et ses deux enfants, qui à des milliers de kilomètres attendent son retour, vient contrebalancer cette course contre l’épidémie.
Dans les dernières parties, la tonalité du roman prend une autre couleur, l’atmosphère post-apocalyptique émerge, il est difficile de lâcher ce bouquin tant l’angoisse est à son climax, quelques scènes difficiles se révèlent être finalement les moments les plus éprouvants.

Le style est au carré, limpide, pour l’anecdote, j’avais une deadline pour lire ce livre, et vu mon rythme de lecture actuel, je pensais lui consacrer 5 jours…je l’ai littéralement dévoré en moins de deux jours parce que Contagion est très bien rythmé, l’histoire reste crédible, elle est captivante et nous offre un réel enjeu dans notre lecture, une lutte contre une épidémie, et l’origine d’un virus.

La fin ne m’a pas étonnée, pas si prophétique puisque inévitable.

L’absence de date et de temporalité, m’a frappée, tout comme de nombreux détails, comme le vocabulaire que nous employons maintenant depuis quelques mois est repris ici, serait-ce dû à la traduction ? Que dire de certaines situations, certains échanges ? Comme un air de « déjà-vu »…

En bref : J’ai adoré ce bouquin, je n’étais pas si sereine à l’idée de le lire surtout en période de confinement, finalement on ne cherche pas à nous faire peur, ni à nous sensibiliser à quoi que ce soit, d’ailleurs peut-être qu’il m’aura plus appris et aidée à appréhender certaines choses que ces derniers mois d’épidémie que nous vivons.

Contagion, Lawrence Wright, éditions Cherche Midi, Octobre 2020.

Je remercie chaleureusement les éditions Cherche Midi pour leur confiance.

3 commentaires sur “Contagion, Lawrence Wright, Editions Cherche Midi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s