Polar/thriller

Les filles mortes ne sont pas aussi jolies, Elizabeth Little, Editions Sonatine

Résumé : « Donnez-moi un film, et je trouverai la vérité. »
Au départ, elle n’a rien d’une enquêtrice. Timide, un brin asociale, elle s’efforce d’éviter les ennuis. Marissa Dahl est surtout une étonnante monteuse de films. Engagée sur un long métrage dont le tournage a lieu sur Kickout Island, elle fait la connaissance du metteur en scène Tony Rees, réputé pour son comportement tyrannique.
Très vite, elle comprend que quelque chose ne tourne pas rond : une atmosphère de secrets et de paranoïa, des acteurs persécutés… Le film reconstitue une histoire vraie, celle du meurtre non élucidé, vingt ans plus tôt, de Caitlyn Kelly. Pourquoi un tel projet ? Marissa n’en sait pas assez. Elle veut en savoir plus, bientôt elle en saura trop. Alors, il sera trop tard pour revenir en arrière…

 » Les hommes font des films d’horreur sur des créatures fantastiques, des méchants extravagants et de sublimes victimes. Les femmes font des films d’horreur sur ce qui se passe quand un sale type s’introduit dans votre voiture. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi ? « 

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas, comment d’un livre à l’autre un auteur peut nous décevoir…
J’avais beaucoup aimé Les réponses le premier roman d’ Elizabeth Little publié il y a quelques années, je me rappelle l’avoir lu d’une traite tant l’intrigue était captivante et originale à l’époque. Évidemment avec un tel souvenir de lecture, je n’ai pas hésité une seule seconde à retenir ce deuxième roman, Les filles mortes ne sont pas aussi jolies, avec un tel titre et une superbe couverture sixties je me voyais déjà faire l’éloge de ce roman.

Je crois que je ne suis jamais entrée dans l’histoire, outre l’intrigue qui met beaucoup trop de temps à se mettre en place, je n’ai pas adhéré à la tonalité globale que donne Marissa le personnage principal de ce roman, il faut dire que l’écriture de Elizabeth Little n’est pas des plus chaleureuses, ni des plus percutantes, elle nous tient à distance et ne mise pas sur le suspens pour nous appâter. Je m’attendais à ce que l’on mène une enquête complexe avec une structure inhabituelle et finalement, on se noie plus qu’autre chose dans les méandres psychologiques de Marissa.

En revanche et c’est sûrement là l’intérêt et l’atout de ce roman, c’est la retranscription parfaite de l’idée que l’on se fait sur un tournage de films , on retrouve des références cinématographiques, le cadre est bien planté, on ressent cette tension qui règne dans une ambiance générale tendue, grâce aux personnages trop bien campés dans leur rôle, mais cela manque cruellement de suspens.

En bref, c’est une lecture plus que mitigée, une histoire que j’ai lue sans trop d’enthousiasme, je n’ai pas retrouvé le style de Elizabeth Little que j’avais beaucoup aimé dans son précédent roman « Les réponses ». N’hésitez pas à vous faire votre propre avis, le mien est strictement personnel 😉

Les filles mortes ne sont pas aussi jolies, Elizabeth Little, Sonatine Editions, Octobre 2020 traduction Julie Sibony

Je remercie Babélio et Sonatine Editions pour leur confiance

Un commentaire sur “Les filles mortes ne sont pas aussi jolies, Elizabeth Little, Editions Sonatine

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s