Polar/thriller

Le village perdu,Camilla STEN, Editions du Seuil

Comment tout un village peut disparaître sans laisser de traces ?

Résumé : 1959. La population de cette petite cité minière s’est mystérieusement évaporée.
A l’époque on a seulement retrouvé le corps d’une femme lapidé et un nourrisson. De nos jours, le mystère reste entier. Alice Lindstedt, une documentariste dont la grand-mère est originaire du village, part avec une équipe explorer la cité fantomatique, en quête des secrets de cette tragédie.
Mais la piste de l’ancien pasteur du temple déterrera la mémoire d’un sombre passé… Un passé qui hante encore le présent et semble avoir réveillé les ombres du village perdu.

Après avoir écrit à quatre mains dans une complicité mère/fille la trilogie L’île des disparus, Camilla Sten (fille de l’auteure de polars suédois Viveca Sten) nous propose son premier roman, Le Village perdu. Outre le fait qu’il s’agisse d’un thriller suédois, ce roman avait tout pour me plaire par son originalité : Comment tout un village peut disparaître sans laisser de traces ?

L’auteur tisse une intrigue sur une double temporalité, celle du passé en 1959 avant que la population ne s’évapore, et celle du présent, 60 ans plus tard racontée par Alice, qui est à l’initiative de ce projet, sa grand-mère ayant grandi à Silvertjärn, et par la force des choses, Alice a toujours été fascinée par cette histoire. Nous sommes en avril quand elle, et l’équipe de réalisation du documentaire décident de se rendre sur place en repérage quelques mois avant le tournage, les températures sont encore froides, l’hiver encore présent. Chaque visite des lieux est minutieusement détaillée, les maisons ont été laissées à l’état d’abandon, comme si les occupants étaient encore présents quelques instants avant…

Dans le jargon de la critique, on dit  » je suis passée à coté »
Malgré un démarrage assez rapide, je n’ai jamais réussi à entrer dans cette histoire prometteuse et à l’ambiance pourtant parfaitement retranscrite, peut-être même trop au détriment des personnages ?
L’histoire prend un virage intéressant, dans une excellente mise en tension, entre les événements étranges et les liens qui unissent nos personnages qui semblent se déliter, j’ai eu cette impression permanente de ne pas être concernée, de passer à coté de nombreuses choses qui méritaient d’être exploitées, comme cette partie en 1959, j’ai mélangé les personnages, qui est qui, et qui a un rapport avec qui dans le présent, parce qu’Alice n’est pas la seule concernée.
Même si les thématiques sont relativement intéressantes, que les ingrédients d’une lecture frissonnante sont présents, je n’ai pas été bousculée. Il n’y a vraiment pas de défauts majeurs ou rédhibitoires, l’écriture est agréable, détaillée, le décor parfait, moi-même, j’ai du mal à expliquer pourquoi le charme scandinave n’a pas opéré cette fois.

Les critiques de ce livre sont très positives, si vous aimez les ambiances glaciales, les histoires se déroulant en vase clos, et les mystères du passé il y a des chances que la magie soit au rendez-vous 🙂

Le Village Perdu, Camilla Sten, Editions du Seuil, octobre 2020, traduit du suédois par Anna Postel

Je remercie chaleureusement Babelio et les Editions du Seuil pour leur confiance

6 commentaires sur “Le village perdu,Camilla STEN, Editions du Seuil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s