Polar/thriller

Interview-Jérôme Loubry

Jérôme Loubry m’a fait le plaisir d’accepter cette interview, c’est une première sur le blog, premier exercice auquel je me plie. Son nouveau thriller De Soleil et de Sang paru le 2 septembre dernier, est encore bien différent des précédents romans, et si c’était ça la patte Jérôme Loubry ? Je lui ai donc posé quelques questions.

Depuis ton premier roman Les chiens de Détroit publié en 2017 chez Calmann-Lévy Noir, il s’en est passé des choses : tu as publié́ deux autres romans, Le Douzième Chapitre, et bien sûr Les refuges qu’on ne présente plus, un succès fulgurant et un déferlement de retours enthousiastes des lecteurs. Avec un an de recul, quelle est pour toi la force de cet ouvrage ?

Je pense que ce livre a plu en partie parce que nous pouvons tous nous retrouver dans une situation de refuge psychologique. Chacun de nous a vécu des événements que nous avons « mis de côté » en les oubliant, en les transformant, en les déguisant du voile du mensonge. Bien entendu, dans le roman, le principe est montré sous son aspect le plus repoussant, le plus tragique. Mais parfois, un simple mensonge enfantin aide à maquiller la vérité que nous ne souhaitons pas affronter. De plus, dans les Refuges, je décris une atmosphère onirique, où le lecteur ne sait plus si ce qu’il lit est réel ou simplement des faux-semblants. On se sent mal à l’aise, balloté à la frontière du réel et de l’irréel.

On a déjà abordé le sujet dans un live, tu ne lis pas beaucoup de polars, mais tu en écris, il y a dans Les chiens de Détroit et surtout dans Les Refuges, quelque chose d’insondable dans ton écriture, une atmosphère frôlant la SF, envisagerais tu d’en écrire ? Peut-être même as-tu un ouvrage dans tes tiroirs, peux-tu nous en dire un peu plus, quel rapport tu as avec ce genre ?

C’est un aspect de mon écriture que je revendique pour plusieurs raisons :
Tout d’abord, je suis né dans le Berry, une région réputée pour la sorcellerie. J’ai grandi avec ces histoires, ces légendes et cela m’a toujours fasciné. Ensuite, enfant, j’avais le privilège de connaître une personne qui travaillait à l’imprimerie de Saint-Amand-Montrond (celle-là même qui imprime mes livres à présent) et régulièrement elle m’apportait des cartons de livres fraîchement édités. Dans ces livres, il y avait la fameuse collection Pocket Noir, des romans fantastiques écrits par des auteurs célèbres, King, Masterton, Koontz, Rice, Straub… Je me suis nourri de ces livres très tôt et je les lis encore maintenant. C’est pour cela que dans chacun de mes romans, on y parle de légende, de lieux ou de personnages angoissants (le Géant de Brume, la maison du pendu, Le Roi des Aulnes, Les divinités vaudou). D’une certaine manière, j’essaye de retrouver durant l’écriture ce que je ressentais en tant que jeune lecteur.

Tes trois romans sont différents, notamment dans l’écriture, elle est différente dans chaque histoire que tu nous racontes, est-ce finalement ça la patte Jérôme Loubry ? Y vois-tu un manque d’identité ou alors justement une volonté d’être libre dans tes choix, de ne pas entrer dans une case et un format prédéfini dont il serait difficile de t’extraire ?

Je pense que je suis écrivain comme je suis lecteur. Je peux lire aussi bien la Bible que Bukowski, du fantastique comme de la poésie… J’aime parcourir plusieurs univers comme j’aime découvrir différentes littératures. De plus, j’aime me lancer des défis. Décrire Détroit nécessite un vocabulaire, un rythme, un ton différent que pour décrire une plage de Vendée. Se plonger dans l’écriture des Refuges est un travail qui ne ressemble pas à l’écriture d’un fait divers haïtien…ce n’est pas un manque d’identité puisque j’écris à ma manière pour chacun de mes livres, avec mes références, ma rythmique tout en variant les atmosphères. Rien ne me fait plus plaisir que lorsque l’on vient me voir et me dire : « on dirait que vos livres ont été écrits par des personnes différentes ». C’est signe que j’arrive à proposer aux lecteurs une expérience nouvelle, et c’est ce que j’aime aussi en tant que lecteur : que l’auteur me sorte de ma zone de confort grâce à son imagination.

En revanche, l’enfance est la thématique omniprésente, tu es papa d’un petit garçon, est-ce que cela a influé sur sa sensibilité de tes histoires ?
Oui, bien sûr. Mes livres ne sont que le reflet de mes peurs en tant que père. Les quatre romans tournent autour de l’enfance, mais n’ont qu’un seul message en guise de fil rouge : protégez l’enfance, car cette période de notre vie nous tient la main jusqu’à la fin du voyage. Avec De soleil et de sang, je pense avoir fait le tour de ces peurs. Le prochain sera différent, une fois de plus…

Ton nouveau roman « De soleil et de sang » en seulement deux mots :
Repoussante réalité.

Pour clôturer cet entretien, est-ce que tu aurais des lectures qui t’ont marqué, des auteurs à conseiller ?
Ghost Story de Peter Straub. José Carlos Somoza, Salman Rushdie, difficile de choisir dans les livres de ces deux auteurs, je les conseille tous.

Merci beaucoup Jérôme pour cet entretien.

Les romans de Jérôme LOUBRY :
Les Chiens de Détroit 2017 (Calmann-Lévy Noir, Le Livre de Poche)
Le 12ème Chapitre 2018 (Calmann-Lévy Noir, Le Livre de Poche)
Les Refuges 2019 (Calmann-Lévy Noir, Le Livre de Poche)
De Soleil et de Sang 2020( Calmann-Lévy Noir, Le Livre de Poche)

Chroniques ici :
Le Douzième Chapitre, Les Refuges

11 commentaires sur “Interview-Jérôme Loubry

  1. super interview ! J’ai lu les refuges et j’ai beaucoup apprécié la plume de cet auteur !Je vais lire ses 3 autres romans pour voir si je confirme ce coup de coeur Merci pour toutes tes chroniques J’avoue qu’elles m’aident souvent à choisir mes lectures

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s