Polar/thriller·Scandinave

MOINS 18°, Stefan AHNHEM, Editions Albin Michel

Résumé :
Après une course folle, une BMW plonge dans les eaux de la gare maritime  d’Helsingborg. Quelques heures plus tard l’identité du passager défraie la chronique : Peter Brise, star nationale des technologies de l’information, était promis à un avenir florissant.
Que s’est-il passé ?
Et pourquoi, comme l’autopsie va le révéler, la victime était-elle déjà morte lors de l’accident, son corps congelé depuis deux mois à – 18° ?
Après le succès international de Hors Cadre (prix Crimetime Specsavers en Suède), et de La neuvième tombe, Stefan Anhem, star du thriller suédois, fait monter d’un cran la pression au fil d’une enquête dopée à l’adrénaline, reflet d’un paysage nordique aussi sombre qu’inédit

Un auteur scandinave à découvrir d’urgence !

Quand un genre littéraire nous attire et nous passionne, il est parfois impossible d’être à la pointe des parutions, le polar suédois possède aussi ses nuances, bien que le nom de Stefan AHNHEM ne m’ait pas échappé, je n’avais pas encore pris le temps de le lire alors qu’il connaît un franc succès en Suède.

Je le découvre avec MOINS 18° son troisième thriller après Hors cadre et La neuvième tombe, et il est fort probable que je les lise prochainement.

Moins 18° se déroule à la frontière entre le Danemark et la Suède, au détroit d’Øresund.
D’un côté en Suède, Fabian Risk devra enquêter sur la mort de Peter Brise, comment a t’il pu être vu récemment alors que son corps a été retrouvé congelé à moins 18° au volant d’une BMW qui a fini sa course dans les eaux de Helsingborg ? Au Danemark, dans les rues d’Helsingør une femme couverte de sang déambule, elle a été témoin d’une agression, elle répondra simplement se souvenir de ricanement, elle n’a rien pu faire, ils étaient trop nombreux, « jaunes et joyeux« . Comme dans tout polar scandinave qui se respecte, ceux que je préfère en tout cas, l’auteur s’appuie sur la société et ses dérives actuelles, et bien qu’il soit de facture classique Moins 18° n’est pas le gentil thriller scandinave doudou, Stefan Ahnhem est une nuance différente, ose le mélange des thématiques, les esprits sont retors et malveillants, il y a cette noirceur en toile de fond qui ne ressemble pas à l’ambiance glaciale des sombres décors scandinaves, mais à la froideur des violences infligées aux victimes qui nous stupéfie.
C’est un beau pavé de 560 pages qu’on ne voit pas défiler grâce à une excellente mise en tension, une atmosphère étouffante qui nous mènent vers un jeu de piste complexe, le rythme fait s’envoler toutes les idées et aspects préconçus sur les thrillers scandinaves, le style moderne d’Ahnhem évite les longues descriptions contemplatives habituelles souvent reprochées au genre en cédant la place au développement de deux enquêtes redoutables et solides.

Évidemment, commencer une saga en cours de route c’est prendre le risque de passer à coté de certains éléments, parce qu’en parallèle, c’est la découverte de personnages travaillés depuis Hors cadre ; j’ai terriblement adhéré à Fabian Risk, je ne vais pas m’épancher sur sa personnalité, fragilisée et en perte de repère, on sent bien que sa situation familiale a de l’importance et qu’elle n’a pas été épargnée précédemment, il y a un réel attachement envers sa famille particulièrement mise en avant dans Moins 18° ce qui donne envie d’en savoir davantage.

Je plaide coupable du seul bémol, celui de ne pas avoir lu Stefan Ahnhem plus tôt, Moins 18° peut se lire indépendamment, et s’adresse à tous les lecteurs qui aiment se faire manipuler dans les polars fouillés et maîtrisés !

En attendant de retrouver Fabian Risk, je vais me plonger dans la série Le jeune Wallander (tirée des romans de Henning Mankell) dont Stefan Ahnhem est scénariste et peut-être le futur successeur de ce monstre de littérature suédoise qu’est Mankell ? Affaire à suivre…

Moins 18° Stefan Ahnhem (traduction Marina Heide) , Editions Albin Michel, août 2020

4 commentaires sur “MOINS 18°, Stefan AHNHEM, Editions Albin Michel

  1. Je ne connais pas cet auteur mais c’est vrai que je ne vais pas encore assez vers les auteurs scandinaves alors que je suis généralement très convaincue par leurs contenus. La noirceur et le mélange des thématiques que tu soulignes m’intriguent mais il faudrait peut-être que je commence par Hors cadre.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s