Polar/thriller·PSYCHOLOGIQUE

SEPT MENSONGES, ELIZABETH KAY-La Bête Noire Une perle psychologique à découvrir !

Extrait :
Mais le plus important de tout, ce qu’il ne faut jamais perdre de vue, c’est que nous ne sommes pas à l’abri de nos propres mensonges. Nous passons en revue les événements, en changeant l’accent que nous mettons sur un mot, un geste, en augmentant la tension, en exagérant le coté dramatique. Et au bout du compte à force de raconter l’histoire modifiée à plusieurs reprises, en l’améliorant à chaque fois, nous commençons à y croire également. Parce que nous modifions non seulement nos histoires, mais aussi nos souvenirs.

Laissez Elizabeth Kay vous raconter cette histoire, qu’elle ne vous racontera qu’une fois…

Quand le thriller psychologique s’invite dans mes lectures, ce n’est jamais par hasard, j’essaie de les choisir sans m’emporter devant la multitude de choix que nous avons actuellement, heureusement Sept mensonges a bénéficié d’une belle mise en avant, sans son superbe aspect visuel, je serais passée à coté du style d’Elizabeth Kay qui est diablement accrocheur !

Elisabeth Kay a été parfaite ! Elle nous entraîne dans l’esprit de Jane, qui a menti à Marnie, un premier mensonge qui tient en trois lettres : OUI. La première fissure avant l’effondrement.

Jane a choisi de nous raconter sa vérité de sa voix insidieuse, c’est une rétrospective des événements  qui ont entaché une amitié qui dure depuis 18 ans, mensonge après mensonge, on s’enfonce dans ses méandres psychologiques de sa personnalité obsessionnelle, Jane a entièrement été dévouée à Marnie, mais est-ce réciproque ? Est-il possible d’entretenir une amitié passionnelle à vie ?

Et si j’avais enfin trouvé un thriller psychologique parfait ?

Si l’histoire prend son temps, difficile de décrocher tant l’atmosphère devient vite irrespirable, SEPT MENSONGES n’est pas à proprement parler un thriller, le rythme n’est pas infernal certes mais la tension est au rendez-vous, l’intrigue tend vers un roman dramatique qui se démarque par sa finesse d’analyse et l’écriture débordante de vérité.

 Afin de préserver le suspens qui lui aussi est bien présent, je ne vous décortiquerai pas le tour de force de l’auteure qui a opéré sur moi, je ne donnerai aucun titre pour ne pas spoiler, mais je situe SEPT MENSONGES à la hauteur des romans psychologiques les plus marquants et salués ces dernières années. Rien ne détonne, rien n’est laissé au hasard, je me suis laissée porter, la dualité de Jane est fouillée, c’est un récit amer et sans concession qu’elle nous livre, qui ne sombre jamais dans le pathos, ni dans ses états-d ‘âmes malgré sa détresse. Je ne saurais vous dire si je l’ai aimée ou détestée.

Sept mensonges et une belle part de vérité, voilà comment un thriller psychologique peut être presque parfait à mes yeux, j’ai eu un vrai coup de foudre pour l’écriture d’Elizabeth Kay, une plume sobre, sincère, des moments qui peuvent faire écho en chacun de nous parce que dans l’amitié, il y a un tas de nuances à apporter.  Nous mentons tout le temps, spontanément, sans même nous en rendre compte…

Elizabeth Kay nous livre avec son premier thriller l’histoire terrifiante d’une amitié toxique, un esprit fragilisé par la dévotion, le malaise s’insinue en vous dès les premières pages, j’espère que vous l’aimerez autant que moi !

Sept mensonges, Elizabeth KAY, Editions Robert Laffont, collection La Bête Noire, juin 2020

Je remercie chaleureusement La Bête Noire pour leur confiance.

Résumé

Tout a commencé par un mensonge. Un tout petit mensonge… Jane et Marnie sont inséparables depuis l’enfance. Et si Jane avait été honnête depuis le début – si elle n’avait pas menti cette toute première fois -, alors peut-être que les choses auraient pu tourner autrement. Peut-être que le mari de sa meilleure amie serait encore en vie. Le temps est venu pour Jane de dire la vérité, enfin… sa vérité.
Tandis qu’elle se confie et décortique les sept mensonges qu’elle a racontés à Marnie, chacun plus terrible que le précédent, elle révèle les couches de noirceur qui ont infiltré leur amitié et les secrets toxiques qui remuent sous la surface. Mais une vérité peut toujours en cacher une autre… « 

 

9 commentaires sur “SEPT MENSONGES, ELIZABETH KAY-La Bête Noire Une perle psychologique à découvrir !

  1. Jusqu’à présent je n’avais lu que des avis fort mitigés au sujet de ce livre mais voilà que Katia est arrivée, et du coup je remets ce livre dans ma wishlist
    Quand tu dis qu’il s’agit d’un thriller psychologique peut-être presque parfait, à quel défaut ou manque fais-tu allusion ?
    Merci pour cette très belle chronique !

    Aimé par 1 personne

    1. Il ne m’a rien manqué dans cette lecture, le défaut se situe peut-être dans le mot thriller en lui-même qui crée des attentes de rythme et de rebondissements réguliers. Or, ici c’est vraiment un livre qui cueille le lecteur et sait le garder jusqu’à la fin sans user de facilités. Il aurait fait un carton en roman contemporain 😉
      J’espère que tu le liras, pour te faire ton avis. Merci beaucoup H. ❤️

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s