Roman noir

Animal-Sandrine Colette- Editions DENOËL

55590200_737249616675839_6406171703143038976_n

Elle a enfoui les choses depuis trop longtemps, bien cachées pour ne plus jamais les déterrer, des cadavres de choses dont il vaut mieux qu’elle ne se souvienne pas, sans aucun doute ; ()
Elle a elle-même enseveli son enfance. Elle est une porte qui s’ignore, de métal et de hargne, une porte fermée, verrouillée, cadenassée. 

« Animal« , le dernier roman de Sandrine Colette m’a captivée de bout en bout. Le résumé et la thématique ont résonné dans ma tête,  l’histoire se confronte à mes idées arrêtées, mes opinions bien ancrées sur le sujet, je me doutais bien qu’elle ne pourrait que m’interpeller.
Le temps de quelques heures, du Népal au Kamtchatka impossible de m’arracher à ces terres. Direction le Népal avec un long prologue tragique nouant un lien affectif entre et avec ces personnages.
Mara au vécu sombre, pleine de désespoir essaie de survivre. Malgré ses journées épuisantes, elle aura la force de sauver deux enfants d’un funeste destin. Ils grandiront à ses côtés, ensemble dans la pauvreté et la promiscuité du bidonville à proximité des grandes tentations de la grande ville.

Un grand prologue écrit tel un chapitre qui m’a immédiatement embarquée, mais qui aussi aura été à l’origine de ma frustration.

Nous quittons le Népal pour Kamtchatka, péninsule en Russie où des années plus tard, on se retrouve dans une frénétique chasse à l’ours. Autant dire que cette partie pouvait être périlleuse par ce qu’elle allait raconter. Quand le cœur de l’histoire va à l’encontre de mes convictions, il n’est pas toujours aisé de comprendre les personnages qui persévéreront dans leur bêtise. L’auteure aurait pu partir dans une thématique banale et convenue. Mais c’est mal connaître Sandrine Colette qui a pour habitude de ne pas céder à la facilité.

Mais…même si Sandrine Colette sait écrire, conter des intrigues originales empreintes de noirceur et de psychologie, « Animal » est moins sombre que ce que je pensais. L’instinct, les prédispositions, la vulnérabilité sont développés parmi un contexte saisissant, il faut bien le dire. Son écriture est plus qu’immersive, les sensations multiples et indéfinissables grâce à la richesse de sa plume.

Mais c’est justement là où se trouve mon bémol. Le contexte et le propos sont tellement complémentaires, travaillés et mis en valeur que la profondeur des personnages est peu présente.
Les romans de Sandrine Colette ont la réputation de faire parler de leur fin, celle d' »Animal » est amenée de manière brutale, je n’étais pas prête ni préparée à lâcher ces personnages et encore moins comme cela. Leur personnalité et leur histoire même si on les devine vite ne sont pas l’attrait principal finalement pour ce roman, alors que ça méritait qu’on gratte un peu. Pas pour « comprendre » mais pour « ressentir », pour le souffle de l’histoire.
Peut-être à cause de ce prologue où j’y ai trouvé beaucoup plus de relief et d’aspérité que l’histoire  en elle-même. Mara et Lior sont deux personnes fortes et ambiguës, la matière ne manquait pas pour leur donner plus d’épaisseur.  L’émotion s’est envolée dès les premiers chapitres, voilà pourquoi je suis restée dans une quête perpétuelle, celle de Lior. J’aurais voulu mieux la  connaître même si on la découvre à travers cette traque sans répit. 

Ce roman possède malgré tout une certaine puissance et un écho fort  avec ce prologue que porte Mara et le côté sauvage de l’écriture de Sandrine Colette dans un roman dépaysant où  « Animal » résonne jusqu’à la fin.

« Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même. Si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, l’abîme finit par ancrer son regard en toi. »
Friedrich Nietzsche

Animal – Sandrine Colette- Editions DENOËL – 288 pages 7 mars 2019.

Je remercie chaleureusement les éditions DENOËL  pour leur confiance.

Résumé

Humain, animal, pour survivre ils iront au bout d’eux-mêmes. Un roman sauvage et puissant. 
Dans l’obscurité dense de la forêt népalaise, Mara découvre deux très jeunes enfants ligotés à un arbre. Elle sait qu’elle ne devrait pas s’en mêler. 
Pourtant, elle les délivre, et fuit avec eux vers la grande ville où ils pourront se cacher. 

Vingt ans plus tard, dans une autre forêt, au milieu des volcans du Kamtchatka, débarque un groupe de chasseurs. 
Parmi eux, Lior, une Française. Comment cette jeune femme peut-elle être aussi exaltée par la chasse, voilà un mystère que son mari, qui l’adore, n’a jamais résolu. 
Quand elle chasse, le regard de Lior tourne à l’étrange, son pas devient souple. Elle semble partie prenante de la nature, douée d’un flair affûté, dangereuse. Elle a quelque chose d’animal. Cette fois, guidés par un vieil homme à la parole rare, Lior et les autres sont lancés sur les traces d’un ours. 
Un ours qui les a repérés, bien sûr. Et qui va entraîner Lior bien au-delà de ses limites, la forçant à affronter enfin la vérité sur elle-même. 

Humain, animal, les rôles se brouillent et les idées préconçues tombent dans ce grand roman où la nature tient toute la place.

3 commentaires sur “Animal-Sandrine Colette- Editions DENOËL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s