Littérature générale·Roman noir

Le fauteuil de César – Laure Lapègue – Prix des Auteurs Inconnus

 

53142826_323756401610726_8972247704239341568_n

Le fauteuil de César de Laure Lapègue concourt au Prix des Auteurs Inconnus dans la Catégorie Littérature Noire.

Deuxième lecture dans la Catégorie Littérature Noire, ce roman figurait dans mes favoris lors des présélections.

Je ressens plusieurs sentiments contradictoires, l’enthousiasme éprouvé à la lecture de l’extrait conjugué à l’idée que je m’étais faite de ce roman ont peut-être altéré ma lecture. Je me doutais que ce roman n’allait pas être d’une grande noirceur, ni m’emporter dans quelque chose qui renferme tous les codes du thriller ou du polar. Même si le style est resté trop léger selon mes attentes, j’ai  apprécié cette lecture pour de le bon moment que j’ai passé. 

Le huis clos est un genre couramment utilisé dans la littérature, qu’elle soit blanche ou noire, contemporaine ou classique, bref le procédé est couramment utilisé et reste très compliqué à réussir. Ce qui est impressionnant et fort agréable dans un huis clos c’est la capacité qu’a l’auteur d’enfermer et d’accaparer le lecteur dans une histoire où les personnages restent cloîtrés, faire ressentir ce côté pesant reposant sur des non-dits, des mystères donnant du corps à l’intrigue. Une fois ces éléments préservés, reste à réussir à capter l’attention du lecteur qui le mènera si possible à un final réussi et bien orchestré. Un bon huis clos, même une comédie est celui qui me fera décoller de mon fauteuil, celui qui mélange la légèreté dans une tension permanente. Si je prends le cas du film de Francois Ozon avec « 8 femmes » c’est une comédie légère qui glisse dans la tragédie, pour finir dans un final complètement imprévisible et remarquable.

Et c’est là où le bât blesse dans « Le fauteuil de César ».

Le huis clos est un genre que j’affectionne, je n’ai pas besoin de trash, ni d’hémoglobine pour me faire ressentir des sensations noires et sombres, c’est  surfait et c’est une hérésie de le croire. Ici ce qui devait s’apparenter à un huis clos ne m’a pas trop convaincue. L’histoire est assez faiblarde en fin de compte.

Dans ce roman le huis clos amène quelques sensations, mais à mon sens il aurait pu avoir plus d’importance, il présageait que je ressente des sensations plus intenses. Alors j’ai tout misé sur la fin. Maligne, l’auteure me suis-je dit. Que nenni. Une belle déception pour ma  part. Je n’ai pas l’habitude de les anticiper, et je ne lis pas une histoire pour sa fin. Mais si je conjugue le tout, ca manque de pep’s. Il y avait matière à me clouer, ca n’a pas eu lieu. Trop convenue, sans belle envergure.

Dire que je n’ai pas aimé serait mentir, j’ai beaucoup aimé les intentions de César.  Réunir ses proches, les faire « parler » dans ce carnet qui se volatilise subitement. C’est ce qui a crée le suspens :  Mais qui a bien pu s’emparer de ce carnet et pourquoi ?
Il découle de cet événement des suspicions, une pointe de tension. Des points à ne pas négliger, mon intérêt repose là dessus.
Cette histoire véhicule bien sûr des valeurs, le ressenti de César est universel. Ce sentiment d’abandon lorsque l’on est au fond du trou. Quand le malheur frappe, celui-ci peut devenir contagieux. Sait-on jamais. Donc, impossible de ne pas ressentir une quelconque empathie.

Alors je pourrais dire que j’ai mal appréhendé « Le fauteuil de César« , car  finalement je n’étais pas attachée à l’idée que je m’en étais faite. Mais le ressenti de ma lecture est ainsi. C’est une lecture agréable, le style y est parfaitement adapté mais elle ne m’aura pas transcendée dans la catégorie littérature noire.

Le fauteuil de César-Laure Lapègue-Booknseries 24.05.2018-253 pages

– Site officiel : https://www.prixdesauteursinconnus.com
– Twitter : https://twitter.com/prixdesai
– Instagram : https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/
– Facebook : https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Résumé

Trois mois après un grave accident de voiture, César invite ses meilleurs amis à le rejoindre dans la maison de campagne où il effectue sa convalescence. Isolés pour un long week-end dans une propriété perchée au cœur de la Montagne noire, ces derniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls convives et que leur hôte leur a réservé une surprise aux allures de cadeau empoisonné…
Déterrez les fantômes du passé et plongez au cœur de ce huis clos à suspense qui flirte avec le thriller psychologique.

« César n’est pas mort ! Il te salue et t’invite à fêter dignement la trente-neuvième année d’une vie qui, fort heureusement, n’a pas pris fin prématurément.
Seul le cercle de proches est invité, alors ne prévois rien d’autre que ta bonne humeur !
PS : Au cas où tu hésiterais, je te réserve une surprise d’écrivain… »

C’est l’étrange message que les amis de César ont reçu… Après avoir accepté l’invitation, le petit groupe – reclus et coupé du monde – se verra contraint de remuer le passé et de faire face aux événements présents pour répondre aux questions posées par leur ami César.
L’amitié peut-elle résister à tout ? À l’amour ? À l’argent ? À l’absence ? À la maladie ? Au temps qui passe ..?

 

 

48223951_10214042495477216_6923693280668418048_n

4 commentaires sur “Le fauteuil de César – Laure Lapègue – Prix des Auteurs Inconnus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s