Littérature de l'étrange·Roman noir

Le rôle de la guêpe ~ Colin Winnette, Editions DENOEL

42980354_251027295583953_3614640327375192064_n

Cette histoire macabre au cœur d’un orphelinat, où bien des événements glaçants se profilent m’a étouffée et déstabilisée.

Résumé :

Un nouvel élève vient d’arriver à l’orphelinat, un établissement isolé aux mœurs aussi inquiétantes qu’inhabituelles. Il entend des murmures effrayants la nuit, et ses camarades se révèlent violents et hostiles. Quant au directeur, il lui souffle des messages cryptiques et accusateurs. Seul et rejeté par ses pairs, le nouveau tente de survivre à l’intérieur de cette société inhospitalière.

Une rumeur court parmi les pensionnaires, selon laquelle un fantôme hanterait les lieux et tuerait une personne par an. Tous les ans, les garçons se réunissent, sous l’impulsion de quelques anciens, pour démasquer celui d’entre eux qu’ils pensent être le fantôme… et l’éliminer!

Simple mascarade potache ou mise en scène sordide pour justifier les meurtres rituels? Cette année, le prétendu fantôme a été clairement désigné : c’est le petit nouveau. Pour une simple et bonne raison, on ne l’a jamais vu saigner, et les guêpes, très nombreuses dans cette bâtisse, ne le piquent pas. La chasse aux sorcières peut commencer.

Enfin !! Un huis clos macabre, où les cadavres s’amoncellent….LE RÔLE DE LA GUÊPE dans la collection Sueurs froides aux Editions Denoël est sans nul doute le livre le plus étrange que j’ai lu cette année.

Cette histoire macabre au cœur d’un orphelinat, où bien des événements glaçants se profilent m’a étouffée et déstabilisée.

Connaissant les ouvrages proposés dans cette collection, ce roman m’avait attirée par son résumé, je m’attendais à tout sauf à être transportée dans une ambiance aussi étouffante…

Cette histoire commence simplement avec l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, même si très vite un sentiment incertain se dégage. L’incertitude de savoir à qui j’ai affaire, ce nouvel élève si froid et si distant, ce narrateur possédant un attrait particulier pour le dessin.

Puis la rencontre avec le directeur, et les autres pensionnaires s’installent dans le récit, il est temps d’en apprendre un peu plus, ou pas. Parce que si on en apprend davantage sur ce nouvel élève, il faudra faire une abstraction totale sur ses camarades. Ceux-là prendront plus d’importance dans la deuxième partie là où la confusion se mêle aux événements soudains. Une confusion parfaitement manigancée par l’auteur avec le destin de ces enfants, scellé depuis leur premier jour…

Extrait choisi :

« Je crois qu’il est important de rester ouvert aux possibilités qui existent en dehors du domaine de la raison, même si bien souvent cela nous mène à ne croire qu’en ce qu’on espère. Pour cette raison je crois qu’il est également important d’avoir une réflexion sincère et un regard critique sur ses propres croyances et sa nature profonde »

Quand j’évoque mes attentes d’un roman faisant moins de 200 pages, j’évoque cette difficulté de ne pas décevoir, de réussir à surprendre le lecteur et en même temps de ne pas le laisser sur ce sentiment d’histoire inaboutie. Le rôle de la guêpe remplit toutes mes conditions : l’intensité gagne du terrain, l’effroi est saisissant par sa simplicité, en effet même avec ces événements macabres, l’atmosphère glauque et oppressante est abordée avec un style simple, glacial et sans détails excessifs.

S’il est comparé à Sa majesté des mouches, il fait aussi écho à L’enfant des ombres de Moka publié et classé jeunesse en 1994 que j’avais adoré !!! Cet ouvrage ne renouvellera sûrement pas le genre et n’a pas cette prétention, mais il se démarque par sa qualité et interpelle beaucoup plus qu’il n’y parait…

Cette histoire avec ce titre aussi étrange qu’évident a réussi à me déstabiliser !! Je vous conseille ce huis clos original avec ces personnages adolescents, ces disparitions et ces mises en scènes sombres….

Je remercie chaleureusement les éditions Denoël pour leur confiance.

Romans de l’auteur : Coyote (2017), Là où naissent les ombres (2016) édités chez Denoël

LE RÔLE DE LA GUÊPE Colin Winnette traduction de Robinson Lebeaupin Denoël collection Sueurs froides 13/09/2018 – 208 pages

5 commentaires sur “Le rôle de la guêpe ~ Colin Winnette, Editions DENOEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s