Littérature générale

Noyé vif, Johann Guillaud-Bachet, Editions Calmann-Lévy

Résumé :
Le soleil brille haut, la mer est calme. Six apprentis marins, quatre hommes et deux femmes, quittent le port de Sète dans une joyeuse anarchie encadrée par un moniteur de voile. Parmi eux, le narrateur, un homme sombre et secret, porte sur cette bande hétéroclite un regard doux-amer. Sous ses yeux qui en ont sans doute déjà trop vu se joue un concentré de comédie humaine.

C’est alors que se lève la plus effroyable des tempêtes. Une déferlante emporte le moniteur. Ils sont maintenant six néophytes sur ce bateau, dont un blessé. Les secours contactés les rassurent : un patrouilleur va se dérouter vers eux. Mais le canal d’urgence de la radio grésille à nouveau. Une voix très jeune supplie, en anglais : « S’il vous plaît, nous sommes nombreux, le bateau est cassé, il prend l’eau. »

Le dilemme surgit aussitôt : qui doit être secouru en premier ? Six Français sur un voilier qui ne tiendra peut-être pas jusqu’ au bout, ou un bateau de migrants ? Tandis que les éléments continuent à s’acharner sur eux, les six s’affrontent sur la marche à suivre et la valeur des vies à sauver.

Si on ne peut pas sauver tout le monde qui doit-on choisir ?

C’est avec cette seule phrase que ce roman a retenu toute mon attention, cette fiction d’à peine 200 pages vous embarque avec ces six apprentis marins.. C’est un roman qui aborde le thème de l’exil, sous un angle assez neutre mais qui sonne tellement juste. Le narrateur étant exilé lui même nous confronte à nos propres idées, avec des questions soulevées souvent percutantes. J’ai beaucoup aimé le ton que l’auteur donne à la narration, tout à fait adapté à l’histoire, un ton incisif et presque insolent, pour nous rappeler que nous sommes dans une fiction et qu’il ne s’agit pas là de nous abreuver de leçons de morales..bien au contraire.
.
Un roman qui une fois ouvert ne se referme pas, un esprit parfois bon enfant règne dans ce huis clos et pourtant il n’en est rien. Le « vivre ensemble » est assez compliqué en général alors lorsqu’il s’agit de six personnes d’horizons et de niveau social différent cela peut vite devenir très intéressant, et c’est là que j’ai trouvé ce roman judicieux…Surtout quand on sait que le pire est à venir
J’ai grincé des dents quelquefois avec quelques personnages, dont un, il n’aurait pas fallu que je fasse partie de cet « équipage » j’en aurais bien passé un par dessus bord ! Mais il ne faut pas se fier à ce que les autres veulent renvoyer de leur propre image…ca les rattrape toujours…

Beaucoup de questions se posent au fil de la lecture, le rythme est donné, l’intrigue principale se met en place et on attend qu’une chose ..savoir..savoir qui doit-on choisir?..Car en mer, on est pas français, on est marin.

Je vous conseille ce très bon roman qu’est Noyé Vif de Johann Guillaud-Bachet !

Extrait :  » J’ai fixé la mer. Il y avait trop de monde pour moi là-dessous »

Je remercie encore une fois vivement les éditionsEditions Calmann-Lévy pour leur envoi de Noyé vif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s